Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

Mairie de Luc-la-Primaube
6 place du Bourg
12450 Luc-la-Primaube
Tél : 05 65 71 34 20

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
@ contactez-nous

 

  W3C

A l'espace d'animation de Luc

paragrapheLe plus beau festival d'accordéon en France!

650 entrées enregistrées, quelque 500 repas servis…, cette 4e édition a battu tous les records.

 

 

Rien n’y fit. Ni le temps cent pour cent estival, ni le choix inhabituel d’un jour de semaine. En faisant étape, ce jeudi 6 septembre, à Luc-la-Primaube pour la 4e année consécutive, le festival national d’accordéon est vraiment passé à la vitesse supérieure. Avec 650 visiteurs, dont 500 étaient déjà présents dès midi pour un repas cent pour cent aveyronnais, il a en tout cas battu tous les records : « Le site est vraiment exceptionnel. Luc possède incontestablement la plus belle salle de la Région pour ce type de manifestation. Le professionnalisme de l’équipe de quelque 35 bénévoles et la richesse du plateau proposé ont fait le reste », se félicite Thierry Bonnefous, le "Monsieur Accordéon" en Aveyron.  Pour Daniel Pichon, ce Manceau à l’origine du lancement de ce concept de festival d’accordéon sur le plan national, l’étape primauboise constitue simplement « la plus belle et la plus grande des 6 manifestations organisées cette année en France ». Au-delà du succès de ce rendez-vous de culture populaire, c’est toute l’économie du territoire qui aura profité de cet événement. La grande majorité des passionnés d’accordéon venant du grand sud de la France, nombreux sont en effet ceux qui en profité pour étendre leur séjour en Aveyron, histoire de découvrir la richesse du patrimoine départemental. Pour le plus grand bonheur des hôteliers, restaurateurs et propriétaires de gîtes ! : « Un grand merci à l’ensemble de nos partenaires, en particulier à la commune de Luc-la-Primaube qui nous a mis à disposition ce très bel outil », conclut Thierry Bonnefous.